Les Incroyables Comestibles du pays de Vannes

Partage, Convivialité, Gratuité et nourriture saine grâce aux jardins citoyens et aux incroyables comestibles. Vive l'abondance partagée dans la joie !!!

L’appel est lancé sur Vannes et alentours !!!

Poster un commentaire

va60_3080169_1_px_470_

 

Un collectif du mouvement Incroyables comestibles né en Angleterre et qui essaime en Bretagne, s’est créé cet hiver à Vannes. Les jardiniers cherchent des parcelles pour partager la nourriture.
L’initiative
Imaginons une ville où 15 000 personnes n’achèteraient jamais de fruits et de légumes. Mais qui en mangeraient toute l’année. Poireaux, tomates ou pommes de terre pousseraient grâce à des jardiniers qui les mettent gratuitement à disposition d’habitants. Cela s’appelle l’autosuffisance alimentaire.
Ce n’est pas une utopie. Cette ville existe : Todmorden, au nord est de Manchester en Angleterre. Une friche industrielle où la pauvreté s’étend. Deux femmes se sont lancées en 2008 dans une démarche citoyenne pour produire de la nourriture à disposition de tous : « Des potagers ont été créés partout, tout le monde s’y est mis. Les liens entre habitants ont été retissés », témoigne Michaël Rateau.
Le Vannetais avec une dizaine d’autres personnes ont créé leur collectif Incroyables comestibles. « Ça se fait à Lorient, Concarneau, Rédené, Brest, Saint-NazaireÇa fonctionne très bien. Pourquoi pas ici ? »
Au naturel
Déjà à Theix, Surzur, Pluvigner des parcelles ont été défrichées. À Saint-Nolff, une réunion est prévue le 12 février avec les Voisins volontaires qui ont un projet d’habitat groupé dans l’éco-quartier.
« À Saint-Armel, on a 50 m 2 où j’ai commencé à retourner la terre, explique Michaël. Ça servira à produire des semences et du terreau. »
L’idée est que les potagers se situent sur des domaines privés accessibles depuis une route ou un chemin pour que les gens viennent se servir. Ces parcelles seront « évidemment » cultivées sans pesticides ou produits phytosanitaires.
Florence Vistot et Sabrina Fabiau savent que « jardiner crée des liens. Quand on a un potager, on produit toujours trop. On donne à ses voisins ou ses amis qui eux donnent des fleurs, de la confiture, des semences ».
C’est aussi pour cette raison que les membres du collectif ne veulent pas se constituer en association, « trop contraignante. On veut conserver cette idée de libre accès, gratuit, sans engagement. N’importe qui peut s’y mettre et offrir sa production, en mettant une cagette devant chez lui et un mot pour que les gens se servent. »
Des potagers, comme à Saint-Nazaire, peuvent pousser n’importe où, « dans des bacs en bois, au pied d’immeubles ».
Une ville-potager
À Vannes, le collectif cherche des parcelles. « Des gens ont sûrement du terrain et ne l’entretiennent pas ou ne peuvent plus s’en occuper. Pourquoi ne pas créer ici et là des potagers pour tous ? »
D’autant que « les retours sont très bons. Les gens sont respectueux et la démarche civique plaît. Surtout quand on n’a pas les moyens de se nourrir de produits frais du jardin. »
Florence Vistot imagine aussi des lopins de terre « dans les écoles, les maisons de retraite. Des liens magnifiques se créeraient ! »
Alors à Vannes où les espaces verts sont légion, imaginons que fleurissent des jardins et des potagers pour tous…
Mardi 12 février, réunion, à L’Eloge de la lenteur à Vannes pour définir l’organisation du collectif, le planning des plantations… Renseignements : incroyables-comestibles.vannes@live.fr

MERCI à Isabelle JOHANCIK !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s